La Zakat

zakat

 

L’acquittement de la zakât est une prescription divine, car elle est un des piliers sur lesquels la superstructure de l’Islam est érigée. Il est le troisième pilier en importance après l’attestation de l’unicité d’Allah et que Muhammad est Son messager et l’établissement de la prière.

Basée sur le Coran et la « Sunnah » tradition prophétique, elle est l’objet du consensus de tous les musulmans, et celui qui la rejette, rejette l’Islam aussi, et il doit lui être demandé et ordonné de se repentir. […] Celui qui néglige ou réduit la valeur de la zakât sera tenu responsable et Allah le punira, car Allah l’Exalté dit :

« Que ceux qui gardent avec avarice ce qu’Allah leur donne par Sa grâce, ne comptent point cela comme bon pour eux. Au contraire, c’est mauvais pour eux : au Jour de la Résurrection, on leur attachera autour du cou ce qu’ils ont gardé avec avarice. »

Sourate 2 : ‘La famille d’Imran’ – verset 180

Abû Hourayra qu’Allah l’agrée rapporte que le Messager d’Allah, (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :

« Celui à qui Allah a donné une richesse et qui ne paie pas la zakât imposée par sa richesse, on lui présentera au jour de la Résurrection un serpent géant et chauve ayant deux grains aux mâchoires, qui l’encerclera, le saisira par ses mâchoires et lui dira ; je suis ta richesse, je suis ton trésor.»

Nous pouvons citer les versets coraniques suivants :

« ….A ceux qui thésaurisent l’or et l’argent et ne les dépensent pas dans le sentier d’Allah, annonce un châtiment douloureux,*le jour où (ces trésors) seront portés à l’incandescence dans le feu de l’Enfer et qu’ils en seront cautérisés, front, flancs et dos: voici ce que vous avez thésaurisé pour vous-mêmes. Goûtez de ce que vous thésaurisiez.»

Sourate 9 : ‘Le repentir’ -versets 34 et 35.

Abû Hourayra qu’Allah l’agrée rapporte que le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :

« Chaque fois que celui qui possède de l’or et de l’argent ne s’acquitte pas de l’aumône qui se doit, on lui en fabriquera le jour de la Résurrection des plaques de feu qu’on chauffera encore plus au feu de l’enfer, on lui brûlera son côté, son front et son dos. Dès qu’elles se refroidiront, on les ramènera pour lui en enfer en une journée évaluée à cinquante mille ans jusqu’à la fin du jugement universel.»

{mospagebreak title=Les avantages religieux et sociaux}

 

 

 

 

La zakât a beaucoup d’avantages religieux, comportementaux et sociaux.

 

 

 

1- En acquittant la zakât (l’aumône obligatoire), un pilier de l’Islam est établi, cet acte, considéré central, par lequel le croyant gagnera le bonheur dans cette vie et dans la vie future.

2- Comme tous les autres actes et injonctions d’obéissance et soumission à Allah, l’acquittement de la zakât (l’aumône obligatoire) rapproche le croyant auprès d’Allah et élève sa foi.

3- En acquittant la zakât (l’aumône obligatoire), le croyant obtient de la part d’Allah l’Exalté, énormément de plaisirs comme annoncé par les versets coraniques suivants :

« Allah anéantit l’intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. »

Sourate 2 : ‘La vache’- verset 276

Allah l’Exalté dit aussi :

« Tout ce que vous donnerez à usure pour augmenter vos biens aux dépens des biens d’autrui ne les accroît pas auprès d’Allah, mais ce que vous donnez comme Zakât, tout en cherchant la Face d’Allah (Sa satisfaction)… Ceux-là verront (leurs récompenses) multipliées.»

Sourate 30 :’Les romains’ -verset 39

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :

« Celui qui a fait aumône de la valeur d’une datte provenant d’une acquisition pure, car Allah n’accepte que ce qui est pur, Allah l’agrée et la prend dans sa main droite (c.à.d. en la bénissant) puis la lui fait prospérer comme l’un de vous engraisse son poulain jusqu’à ce qu’elle devienne comme une montagne en grandeur.»

4- L’acquittement de la zakât (l’aumône obligatoire), est considéré un acte d’expiation en ce qui concerne les péchés et les fautes du croyant, le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :

« La charité efface le péché exactement comme l’eau éteint le feu. »

La zakât aumône et la charité comprennent tout acte qui est charitable.

 

 

 

Quelques-uns de ces avantages comportementaux :

 

 

 

1. L’acquittement de la zakât (l’aumône obligatoire), sert à honorer le croyant et l’amener à être parmi les généreux et les gens charitables.

2. L’acquittement de la zakât (l’aumône obligatoire), élève l’esprit vif de pitié et de sympathie envers les souffrances des pauvres et des nécessiteux, donc la grâce et la pitié d’Allah incomberont aux croyants qui ont de la pitié et de la sympathie envers leurs frères nécessiteux.

3. Aider ses frères musulmans financièrement et physiquement sert à donner au croyant une chance de se réveiller spirituellement, et de se sentir bien aimé par ses frères et les gens de son entourage.

4. L’acquittement de la zakât (l’aumône obligatoire), purifie et assainit la conduite et le comportement des croyants de l’avarice, mesquinerie, avidité, et vilenie.

Allah l’Exalté dit :
« Prélève de leurs biens une aumône par laquelle tu les purifies et tu les bénis,… »

Sourate 9 : ‘le repentir’ – verset 103

Quelques-uns de ces avantages sociaux :

 

 

1. L’acquittement de la zakât sert comme solution à résoudre les problèmes auxquels les pauvres sont confrontés, puisque ces derniers représentent la majorité dans tous les pays du monde.

2. L’acquittement de la zakat renforce la « ummah » (nation musulmane), élève l’esprit de djihad et de lutte pour la cause d’Allah.

3. L’acquittement de la zakât offre les moyens d’éliminer la haine des pauvres envers les riches, car les riches partagent une partie de leur richesse et leur privilège avec eux en minimisant les souffrances des pauvres.

4. L’acquittement de la zakât donne au croyant la bénédiction d’Allah par laquelle il agrandit sa richesse.

Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit : « La charité « sadaquah» dépensée, ne fait jamais diminuer une richesse.»

5. L’acquittement de la zakât est le meilleur moyen de distribution de la richesse entre un nombre très grand de gens, donc l’acquittement de la zakât donne aux vertueux l’autorité sur terre, et satisfait les besoins des pauvres. Donc, ces avantages prouvent que la zakât est considérée vitale pour le bien être des individus ainsi que pour les nations et les communautés.
La grâce et la gloire soient à Allah le Grand Connaisseur, le Sage.

 

 

 

{mospagebreak title=Les biens assujettis à la zakat}

 

 

Les biens assujettis à la zakat

 

 

 

 

L’Islam a prescrit la zakât (l’aumône obligatoire) due sur la propriété comme : L’or et l’argent ; c’est une prescription divine, même si ce qu’on possède est sous forme de monnaie, poudre, lingot, ou joaillerie ; quand à valeur de la somme qui constitue le « nissâb », c.-à-d. la valeur minimale imposable, pour le métal argent qui est de 56 riyals saoudiens possédés pendant une année.

Quand cette condition est bien établie, alors la somme à payer est un quart du dixième c.-à-d. 2.5 % de la somme possédée.

Celui qui a de l’or pour une valeur supérieure a 11 3/7 dinars saoudiens, et celui qui a de l’argent pour une valeur supérieure à 56 riyals saoudiens, doit payer en ce cas la zakât (l’aumône obligatoire) dont le montant se monte à un quart du dixième (2.5%) de la valeur actuelle de cet or (ou de cet argent) . Egalement les femmes qui possèdent des bijoux en or ou en argent, doivent payer le même pourcentage.

Abdullah Bin Amr Bin Alas qu’Allah les agrée rapporte : quand une femme et sa fille portant deux bracelets d’or aux poignets vinrent voir le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) il dit :

« Est ce que tu paies la zakât (l’aumône obligatoire) due sur tes bracelets ? »

« Non », dit-elle. Il dit :

« Aimerais-tu qu’Allah les remplace par deux bracelets de feu ? »

Alors, la femme enleva ses bracelets et dit : « Ils sont pour Allah et Son messager.»

L’Islam a prescrit également la zakât (l’aumône obligatoire) sur les biens immobiliers, marchandises, bétail, voiture, et toutes autres sortes de marchandise. Le taux pourcentage de zakât (l’aumône obligatoire) à payer pour tous les articles mentionnés ci-dessus est un quart du dixième (2.5 %) de la valeur actuelle de chaque bien possédé pendant une année.

Il n’y a pas de zakât (l’aumône obligatoire) à payer sur les acquisitions ou possessions destinées à l’usage personnel comme une maison, une voiture, etc.

Le Prophète qu’Allah le bénisse et le salue a dit :

« Nul musulman n’est tenu de payer la zakât due sur son esclave ou sur son cheval ».

Mais le propriétaire des immeubles ou des acquisitions destinées au commerce ou à louer doit payer la zakat.

 
{mospagebreak title=Les personnes méritant zakât }

 

 

 

Les personnes méritant zakât (l’aumône obligatoire).

 

 

Allah l’Exalté a spécifié dans le Coran les méritants de l’aumône la zakât où Il dit :

« Les aumônes ne sont destinées que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont les cœurs sont à gagner (à l’Islam), l’affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d’ Allah, et pour le voyageur (en détresse). C’est un décret d’Allah ! Et Allah est Omniscient et Sage. »

Sourate9 : ‘Le repentir’ -verset 60.

Donc, il y a huit groupes de gens qui méritent l’aumône :

1- Les miséreux : Ce sont les gens qui ne disposent pas de la moitié des ressources nécessaires à leur subsistance, alors le montant de la zakât qu’ils doivent recevoir doit suffire à la satisfaction de leurs besoins.

2- Les pauvres : Ce sont des gens qui disposent plus que la moitié des ressources nécessaires à leur subsistance, alors le montant de la zakât qu’ils doivent recevoir doit suffire à la satisfaction de leurs besoins.

Il faut bien noter que la personne qui reçoit un salaire ou qui a une profession et qui a la capacité de travailler pour gagner sa vie, ne doit recevoir la zakât (l’aumône obligatoire); car le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) a dit :

«la zakât (l’aumône obligatoire) ne doit pas être donnée au riche, ni à celui qui est capable de travailler pour gagner sa vie. »

3- Les agents qui y sont affectés : ce sont les personnes employées par le gouvernement pour gérer (les fonds de) la zakât, la collecter des riches et la distribuer. Ils doivent recevoir des salaires provenant de la zakât (l’aumône obligatoire) même s’ils sont riches.

4- Ceux qui ont été ralliés à la cause de l’Islam : Ce sont des gens dont le cœur s’est réconcilié avec la religion de la vérité récemment, comme le chef des tribus ; ils doivent recevoir la zakât (l’aumône obligatoire) de façon à renforcer leur foi, jusqu’à ce qu’ils deviennent, avec le temps, des musulmans très fermes. Quant à l’éligibilité des gens ordinaires récemment convertis à l’Islam, recevoir la zakât ou non, est une question qui entraîne une discussion animée parmi les savants. Alors que quelques savants pensent qu’il (le nouveau converti) doit recevoir la zakât afin de renforcer sa foi et lui donner un support s’il est pauvre ou misérable, d’autres pensent qu’il ne doit pas recevoir la zakât, car les gens de cette catégorie sont destinés à servir l’intérêt public de la « ummah » (nation) seulement.

5- Racheter la liberté des esclaves : Cette catégorie a pour but d’aider les esclaves réguliers et de les aider à racheter leur liberté par la zakât. On doit aider également, par la zakât, le captif ou le prisonnier de guerre à racheter sa liberté.

6- Les gens lourdement endettés : Ce sont les gens qui sont surchargés de dettes sans avoir la capacité de les payer, alors on doit les aider, par la zakât, à s’acquitter de leur dette.

7- Au service d’Allah : N’importe quelle personne qui lutte au service d’Allah comme les soldats, étudiants, chercheurs, et les missionnaires musulmans, etc. doivent être aidés, par la zakât, jusqu’à ce qu’ils réalisent leur but.

8- L’étranger de passage : tel que le voyageur en panne dans un pays étranger, doit être aidé, par la zakât, à retourner dans son pays.

Telle sont les catégories qui méritent la zakât conformément aux ordres d’Allah l’Exalté, comme révélées dans son livre le Coran, et Allah est le Sage et le Grand Connaisseur.

En tous cas, on doit noter clairement que l’argent de la zakât (l’aumône obligatoire) doit être dépensé exclusivement pour les huit catégories de méritants précédemment mentionnées ; il n’est pas permis de dépenser l’argent de la zakât (l’aumône obligatoire) pour la construction des mosquées ou la construction d’autoroutes, etc.

Si nous réfléchissons un moment aux catégories méritant la zakât, nous allons trouver que la zakât est destinée et doit être distribuée aux musulmans pauvres afin de soulager leur malheur, mais aussi la zakât est destinée à ceux dont la nation musulmane a besoin pour leurs services et leur vigilance. Donc, la prescription de la zakât reflète une sagesse qui va plus profondément que le sens littéral de la charité, et qui contient l’essence de la grande méthode sur laquelle une nation unique et juste est bien construite, il s’agit de la nation musulmane. Ceci explique pourquoi l’Islam n’a pas laissé la question, de comment distribuer la zakât être la décision des gens. Et ceci explique aussi pourquoi l’Islam n’a pas ignoré l’importance attachée à l’organisation de la finance et la manière de sa juste distribution.

La louange, la grâce, et la gloire soient à Allah, Seigneur et Maître des univers.

 
{mospagebreak title=Zakât-ul-fitr}

 

 

Zakât-ul-fitr

 

La zakât-ul-fitr est une pratique traditionnelle obligatoire instituée par le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) ; on s’en acquitte à la fin du Ramadan. AbdAllah Bin Omar- qu’Allah les agrée- a dit : « Le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) prescrivit zakât-ul-fitr. Elle est due par tout musulman, majeur ou mineur, quel que soit son sexe, libre ou esclave. »

Elle consiste pour chaque assujetti en un « saâ » (un « saâ » équivaut à 2,949 kg kilogrammes) de la nourriture la plus répandue dans chaque pays. Abou Saeid al-Khoudry -qu’Allah l’agrée- a dit : « A l’époque du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui), nous offrions la zakat-ul-fitr d’un « Saâ » de nourriture. Notre nourriture était : orge, raisins secs, fromage cuit, et dattes ». Il n’est pas acceptable de payer zakât-ul-fitr en argent liquide, ou en vêtement, car ceci est en contradiction avec l’ordre du Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) quand il dit

« Quiconque fait un acte qui est en contradiction avec notre pratique, son acte est rejeté.»

Une mesure d’un « sâa » prophétique équivaut à 2,949 kg de bons grains. La zakât-ul-fitr doit être acquittée seulement un ou deux jours avant l’Aïd, ou même le premier jour de l’Aïd avant la prière de ’Aïd, mais si elle est acquittée après la prière de l’Aïd alors elle n’est pas acceptable comme zakât, conformément à ce que Ibn Abbass -qu’Allah les agrée- à dit :

« Le Prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) prescrivit la zakât-ul-fitr pour chaque jeûneur comme purification de toute parole indécente, et comme provision pour les pauvres. »

Celui qui s’acquitte de cette zakât avant la prière de l’Aïd alors elle est acceptée, mais celui qui s’en acquitte après la prière de l’Aïd, alors elle est considérée comme charité. Si quelqu’un ne sait pas que l’Aïd a été annoncé et qu’il ne l’apprend qu’après la prière, ou s’il était en dehors de sa ville, ou s’il se trouve dans un pays où il n’y a pas de gens qui méritent la zakât, en ce cas, il est possible d’acquitter la zakât après la prière et quand cela devient possible.

Et Allah sait mieux, que la bénédiction et le salut d’Allah soient sur le prophète Muhammad, sur sa famille, et ses compagnons.

 

  • Ecrit par le grand savant Sâlih Otheimine -qu’Allah lui fasse miséricorde-
  • Révisé par l’association Aux Sources de l’Islam